Le SUV ou VUS selon les contrées, dénature t’il les marques ?

Lamborghini LM002

Plus aucun constructeur ou groupe automobile n’est passé à côté du raz de marée provoqué par l’avènement du SUV, ou presque… En effet, certaines marques et cela ne saurait tarder, n’ont pour l’heure dans leur gamme un véhicule qualifié de crossover. Ces constructeurs dits « élitistes » car proposant des véhicules pour la plupart sportifs, réservés à une clientèle ciblée, se penchent également sur cette silhouette interplanétaire. Au risque de perdre toute crédibilité d’image et d’amour auprès de ses plus fidèles passionnés ? La question est posée !

Pour tout amateur d’automobile s’il en est, il fut difficile de passer à côté de cette nouvelle pour le moins retentissante dans l’univers de la voiture de luxe. Lamborghini, véritable institution dans le monde sportif et de l’automobile d’exception, s’est elle aussi laissée attirée par la création d’une silhouette typée « grand public » en dévoilant l’Urus. Rassurez-vous, le tarif reste lui bien dans les standards du constructeur de Sant’Agata Bolognese, avec un ticket d’entrée à plus de 170 000€ (en y ajoutant taxe et malus liés à sa cylindrée, comptez près de 215 000€). L’honneur est sauf !

Lamborghini Urus

Véritable mastodonte de par ses dimensions (5m11 de long, 2,02m de large, 1m64 de haut), et partageant sa plateforme avec ses cousins par alliance VAG que sont le Porsche Cayenne et le Bentley Bentayga, l’Urus premier du nom se voit greffer d’une motorisation à en faire pâlir les puristes. Pas de V12 au programme mais un V8 4.0 Biturbo de 650ch, pour un 0-100km/h annoncé en 3,6secondes, qui doit lui permettre de revendiquer le titre de SUV le plus puissant et rapide de série. Peine perdue, après vérification, le Grand Cherokee Trackhawk et ses 707ch, ne mettent « que » 3,5secondes pour réaliser le 0-100km/h.

Intérieur Lamborghini Urus

Au-delà des chiffres annoncés et du positionnement « convivial et sportif » que souhaite véhiculer la marque au taureau, c’est bel et bien un sacrifice qui est fait au nom de la productivité et de la rentabilité. En effet, derrière ce nouveau né, Lamborghini souhaite multiplier ses ventes annuelles par deux et ainsi, toucher une clientèle plus familiale. Le plan de bataille en soit n’est pas révolutionnaire, bon nombre de ses concurrents l’ont précéder tel que Porsche en 2002 avec le Cayenne, véritable bouffée d’oxygène pour le constructeur de Stuttgart, ou encore récemment en 2016 Maserati et un certain Levante de goût douteux…

Lamborghini Urus Jaune

Finalement, deux constructeurs historiques de par leur gloire sportive font de la résistance mais, devraient prochainement se laisser happer par cette vague sans précédent : Lotus et Ferrari. Annoncés pour 2021 et 2022, ces deux futurs modèles viendront compléter une homogénéité du marché qui laisse malgré tout pantois. Alpine qui vient de renaître, ne passera pas non plus outre… quand l’histoire est rattrapée par le présent !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s